Gabon : fuites de pétrole et risques sanitaires pour la population

Y a-t-il une marée noire au Gabon ? Une fuite a été signalée dans une zone de stockage portuaire à environ 30 km du port Gentil. Les réservoirs contiennent 50 000 mètres cubes de pétrole. La société Perenco, propriétaire de cette installation, tente de rassurer le public.

Une fuite de pétrole dans la zone portuaire du Gabon

Sur le terminal de Cap Lopez, un des réservoirs exploité par la société gabonaise Perenco à Port-Gentil a subi une panne. Cela a entraîné le déversement d’environ 600 000 barils de pétrole sur le site. L’incident qui a conduit à la suspension des opérations s’est produit jeudi passé à 11 heures, heure locale.

« La priorité est la sécurité des personnes et des équipements, et la réception, le stockage et le transport du pétrole restent suspendus », a déclaré M. Perenko dans un communiqué. La fuite d’hydrocarbures a été découverte dans le réservoir R17 du terminal de Cap Lopez, près de la ville de Port-Gentil, dans la province de l’Ogoue-Maritime, au sud-ouest du Gabon.

Le réservoir endommagé contenait 50 000 m³ ou 300 000 barils de pétrole brut en attente d’être expédiés pour l’exportation. Selon la compagnie, tout le pétrole est contenu dans les réservoirs, et à ce stade, aucune pollution marine n’a été enregistrée. « À partir d’aujourd’hui, et dans le même ordre d’idées, les équipes travaillent à l’installation de barrages flottants par mesure de précaution », a déclaré la compagnie.

 Perenko a assuré qu’elle mènera une enquête complète sur les causes de l’accident de la citerne dès que possible. Cette situation remet en cause les méthodes d’exploitation de Perenco, qui ont déjà été critiquées dans la région d’Ombue, ainsi que dans l’Ogoue-Maritime.

Cela n’a pas laissé indifférents les représentants de la société civile gabonaise, qui ont fait appel au tribunal de Port-Gentil. Ceci est confirmé par la récente décision de la Cour d’appel de la ville pétrolière. Celui-ci a annulé la décision du juge temporaire du Tribunal municipal de première instance de reconnaître le statut du Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon.

Un danger pour la population

Heureusement, le pétrole ne s’est pas déversé dans la mer, car il y a un monticule de terre d’environ 3 mètres de haut au niveau des réservoirs. « Tous les réservoirs sont sécurisés de cette façon. Mais une chose est sûre : le réservoir entier a perdu son contenu, des millions de barils de pétrole ont disparu », a déclaré Bernard Christian Rekula. Selon ROLBG, toute la région est sous un nuage de gaz à cause de cette marée noire. Les autorités ont procédé à l’évacuation vers 10-11 heures.

« Les résidents ont passé la nuit à l’air libre sur la plage, sans aucun soutien. Les écoles ont été fermées, il est interdit de fumer et de cuisiner, même sur du bois de chauffage. Il y a un camion de pompiers, Samou, SGS, une ambulance Omega et un important cordon de policiers à l’entrée de la zone. La zone est fermée », a déclaré Bernard Christian Rekula. Perenco est occupée à localiser l’accident et à collecter le pétrole brut à extraire, mais n’a pas encore commenté la catastrophe, qui lui coûtera sans doute beaucoup d’argent.

La rédaction

Leave a Reply

Your email address will not be published.