Internationnal

France : Le père de l’enfant sauvé du vide par Mamoudou Gassama condamné à trois mois avec sursis

Le père de l’enfant sauvé du vide au printemps par le sans-papiers malien, Mamoudou Gassama, a été condamné mardi à Paris à trois mois d’emprisonnement avec sursis pour avoir failli à ses obligations parentales.

Le tribunal correctionnel a également condamné cet homme de 37 ans, qui avait laissé seul son fils de 4 ans dans son appartement parisien en mai, à effectuer à ses frais un stage de responsabilité parentale.

L’enfant, qui s’était retrouvé suspendu à un balcon, avait été sauvé par l’acte de bravoure de M. Gassama qui avait escaladé la façade, filmé par des témoins de la scène. Reçu ensuite au palais présidentiel de l’Élysée par Emmanuel Macron, le jeune Malien a depuis été naturalisé français.

Le parquet avait requis six mois avec sursis contre le père.

S’il ne s’était pas rattrapé dans sa chute et « s’il n’avait pas été secouru » par Mamoudou Gassama, l’enfant « serait à l’heure actuelle peut-être bien décédé », a souligné la procureure. Selon ses calculs, le garçonnet est resté suspendu au balcon pendant six longues minutes.

Même si cet homme « profondément attaché à ses enfants » « regrette profondément », il a commis « une compromission d’une gravité exceptionnelle », a-t-elle estimé.

Le 26 mai, père et fils avaient passé la journée à Disneyland puis, le soir, le père était allé faire des courses.

Le garçonnet vif et téméraire, qui a fêté ses cinq ans hier mardi, avait voulu rester devant la télévision et le père avait cédé, sans réaliser, a-t-il dit, le danger à laisser ouverte la porte-fenêtre du balcon.

Absent pendant environ une heure, selon l’accusation, il avait pris du retard en raison d’un jeu sur son portable : « J’ai fait un détour pour attraper un Pokémon », a-t-il confirmé, penaud, un loisir qui le « rapprochait » de son fils.L’enfant a expliqué aux policiers que, comme « Papa mettait longtemps », il avait imaginé qu’il était reparti sans lui à Disneyland et avait décidé de le rejoindre. La porte étant verrouillée, il avait enjambé le balcon.

L’avocat du père avait plaidé sa relaxe.

 

Harouna Koné

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *